CHAPELET Roger

Roger  CHAPELET

Roger chapeletNé le 25 septembre 1903 à Versailles mais d'origine périgordine, il découvre le monde maritime en montant à bord du "Rollon" en 1927 où son frère est officier radio, dans le port de Marseille. C'est le début de sa carrière de peintre maritime. Il va alors faire toute une série de peintures dans différents ports : Le Havre, Anvers, Rotterdam ou encore Londres...

De tous les peintres de marine, Roger Chapelet (1903-1995) est celui qui a le plus navigué, à bord des navires les plus variés et sur tous les océans. Entre son premier embarquement en 1926 sur un vapeur et sa dernière grande navigation, qui fut une traversée de l’océan Pacifique à bord d’un grand-voilier école en 1978, il a pêché la morue à Terre-Neuve et au Groenland, participé aux convois et aux patrouilles anti-sous-marins pendant la Seconde Guerre mondiale, navigué sur les paquebots prestigieux et les cargos de l’après-guerre. À chaque fois, il rapportait une moisson de dessins et de gouaches, autant de travaux préparatoires à de grandes huiles qu’il brossait ensuite en atelier, à des affiches destinées à la publicité des armateurs, à des illustrations de livres ou de reportages voire de timbres.

Copié à partir de: http://www.chasse-maree.com/peinture/3243-roger-chapelet.html

Photo :  avec l'aimable autorisation  de François  SUMELL, artiste peintre 

Portrait  de  Roger  CHAPELET

http://sumell.f.free.fr

 

Cap Hornier maloin «L´Antoinette» n° 1674

 

À la fin des années 1860, le port de Nantes armait quelques voiliers cap-horniers. Dans les années 1890 les armateurs nantais ont pris une place importante dans la vie commerciale de la route du Cap Horn. Le pays nantais devint alors un important bassin de recrutement de marins cap-horniers.À partir de 1921, ces superbes voiliers long-courriers s'alignèrent par dizaines, désarmés, dans le canal de la Martinière en attente de leur démolition.Ces grands voiliers de charge, du milieu du XIXe siècle jusqu'au premier quart du XXe siècle constituèrent la flotte européenne des « trois caps » : Cette flotte des voiliers au long-cours qui trouvaient toujours le cap Horn sur leur route, absorba à elle seule les trois quarts des activités maritimes de l'Europe, dont le prodigieux développement industriel allait bouleverser le monde.

Dessin  :  Roger  CHAPELET  ( signature )

Gravure  :  Claude  DURRENS  ( signature )

Impression  :  Taille-douce             Tirage  :  7 300 000 ( feuille de 25 )

1er  jour  le 10  avril  1971

Grand  prix  de  l'Art  philatélique 1971  pour  Claude  DURRENS

et  Roger  CHAPELET

 

01 1674 10 04 1971 antoinette 1

02 1674 10 04 1971 antoinette

03 1674 10 04 1971 antoinette04 1674 10 04 1971 antoinette05 1674 10 04 1971 antoinette06 1674 10 04 1971 antoinette

 

Terre Neuvas «Côte d´Émeraude» n° 1717

 

Le bâtiment favori de la pêche sur les bancs de Terre Neuve devint vite a la fin du 19eme siècle le trois mâts barque goélette dont le « COTE D’EMERAUDE » est un des représentants, Ces grands terre-neuviers étaient armés par une trentaine d’hommes. Les marins étaient recrutés de père en fils dès l’age de 12 ou 13 ans.Le navire mouillait sur le banc pendant parfois plus de 6 mois. La pêche à la morue se pratiquait avec de petites embarcations appelées « doris ». Chaque terre-neuvier pouvait ainsi poser en une nuit jusqu’à quinze mille hameçons.Ces bateaux ont terminé leur carrière au profit des chalutiers et beaucoup sont restés à pourrir dans les abers des côtes de France où d’ailleurs.

Dessin  :  Roger  CHAPELET  ( signature )

Gravure  :  Claude  DURRENS  ( signature )

Dessin  de  l'enveloppe  :  Robert  CAMI  et  Henri  RENARD  ( signatures )

Impression  :  Taille-douce          Tirage  :  8 300 000 ( feuille de 25 )

1er  jour  le 06  mai  1972

Grand  prix  de  l'Art  philatélique  1972  pour  Claude  DURRENS

et  Roger  CHAPELET

 

07 1717 06 05 1972 terre neuvas 1

08 1717 06 05 1972 terre neuvas 1 2

 

Voilier 5 mâts France II n° 1762

 

Construits en acier aux chantiers de la Gironde en 1911, le FRANCE II, 5 mats de 8000 t , 146 m de longueur hors tout, avec 6350 m² de voile sur 20 voiles carrées et 12 latines, est livré à la Société Anonyme des Navires Mixtes (armement Prentout) ; avec un équipage de 45 hommes, le premier voyage de France II le mène en Nouvelle-Calédonie, avec 92 jours de mer à l'aller et 102 au retour.. Combinant fret et croisières, ancêtre des paquebots de croisière, il disposait de sept vastes chambres, d'un grand salon, d'un salon de lecture-bibliothèque et d'une chambre noire pour photographie ! Le 21 février 1917, France II part de Glasgow avec un plein chargement de charbon à destination de Montevideo et entame une campagne de deux ans, le menant des ports de la côte américaine à ceux de l'Australie, de la Nouvelle-Calédonie et enfin à Dakar, avant de revenir à Bordeaux le 17 février 1919 et d'aller désarmer au Havre. Equipé initialement de deux moteurs de 900 chevaux, il en est dépouillé après avoir été vendu ; il s'échoue en 1922 au large de la Nouvelle-Calédonie.( source : philatélie marine )

Dessin  :  Roger  CHAPELET ( signature )

Gravure  :  Claude  DURRENS  ( signature )

Dessin de l'enveloppe  :  Claude  HALEY  ( signature )

Impression  :  Taille-douce          Tirage  :  7 600 000 ( feuille de 25 )

1er  jour  le  09  juin  1973

 

09 1762 09 06 1973 voilier 5 mats 1

10 1762 09 06 1973 voilier 5 mats

 

Sauvetage en mer n° 1791

 

La  responsabilité du sauvetage en France est assurée par plusieurs  autorités :le premier ministre ou  le ministre chargé de la mer, au niveau politique les préfets maritimes  qui exercent leur responsabilité sur le littoral français, au niveau  opérationnel. Depuis  la convention de 1910, «aucune rémunération n'est due par les personnes  dont les vies ont été sauvées». Le sauvetage des personnes répond depuis  lors à une exigence absolue de «gratuité» : le sauvé n'a rien  à débourser, son sauveteur rien à réclamer.

Dessin  : Roger  CHAPELET  ( signature )

Gravure  : Claude  DURRENS ( signature )

Impression  :  Taille-douce               Tirage : 7 775 000 ( feuille de 25 )

 

Grand  prix  de  l'Art  Philatélique  Français   1974  pour   Claude  Durrens 

 et   Roger  Chapelet

11 1791 28 04 1974 sauvetage en mer bis 1

12 1791 28 04 1974 sauvetage en mer

13 1791 28 04 1974 sauvetage en mer

 

Frégate " La Melpomène " n°1862

 

 Construit à Rochefort en 1883. La frégate à voiles Melpomène a été mise à l'eau le samedi 20/8/1887 dans l'arsenal de Rochefort en présence de l'amiral Caubet, préfet maritime.Dès 3h, les tribunes étaient occupées par une foule élégante.Après la bénédiction de l'aumônier de la marine l'abbé Vathelet, les charpentiers sous les ordres du maître principal Laurent font sauter les accores et scier la savatte. La frégate est descendue majestueusement dans la Charente aux applaudissements des spectateurs.

 Elle sera rayée de l'effectif en 1914.

Dessin  :  Roger  CHAPELET ( signature )

Gravure  :  Claude  DURRENS ( signature )

Impression  :  Taille-douce    Tirage  :  8 000 000 ( feuille de 25 )

1er  jour  le  06 décembre 1975

14 1862 06 12 1975 melpomene 1

15 1862 06 12 1975 melpomene

16 1862 06 12 1975 melpomene

 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 28/10/2018